Les maisons closes

  • franais

The store of 32 rue de Blondel, Paris II th district, has been classified « historic monument ». Saw from the street, the red color of the tiling, of the front building, shock with the sobriety of the next buildings. Inside the store, hidden by some pipes, some beautiful (plaques en faience) let guess clearly the subject, and the former activities in the building : « Aux belles poules« . Same thing for the building, 06 rue Des Moulins in the first district. We are finally, in high place, interested by our national erotic inheritance, we « closed houses » are classified.
A long time ago, before the sadness of Internet, we

Les affaires de ces commerces-là étaient florissantes. Mais le 13 avril 1946, Marthe Richard, ayant elle même exercé le plus vieux métier du monde, obtenait la fermeture de toutes les « maisons de tolérance ». Paris à la Libération, n’en comptait pas moins de 195. Et d’un coup, 1150 filles, dites « de joie », mises sur le trottoir. Tout un pan de la civilisation occidentale s’écroulait. Par la suite, les spéculateurs et les promoteurs ont eu raison de la majorité des anciennes maisons closes. Du célèbre et luxueux Sphinx, à Montparnasse, oà ๠un décor égyptien haut en couleur accueillait le client, il n’y a plus rien. Paris et d’autres grandes villes ne recèlent que quelques restes de ces bobinards: des façades dont l’ornement exotique annonce la vocation, tout comme la plaque du numéro de la rue, bien plus grande que ses voisines. A l’intérieur, de rares fresques et frises érotiques, destiné à garder en eveil l’appétit du client, ont survécu.



Un commentaire sur “Les maisons closes”

  1. MARTIN dit :

    Mein fà¼hrer

    Pourquoi afez-fous verboten das bordelen das Reich ?

    Ach,fous n’aimiez pas les petites femmes du grossParis

    Sieg heil

Laisser une réponse