Histoire du métropolitain Parisien

  • english

  • Histoire du métropolitain Parisien
  • Sept stations de métro « fantômes » à Paris
  • Références
  • Vos Commentaires

  • Histoire du métropolitain Parisien

    Avec ses 215 Km de réseau, dont 169 km de tunnels, et ses 301 stations, le métropolitain forme dans le sous-sol parisien un énorme ensemble de galeries, de couloirs et d’escaliers. Par les liens étroits qu’il établit entre tous les quartiers de la ville et par le rôle qu’il joue dans la vie quotidienne de tous les Parisiens, son importance est considérable : il transporte près de 4 millions de voyageur par jour. A la fin du XIX ème siècle, la capitale compte 2.5 millions d’habitants pour une superficie de 78.02 kilomètres carrés (32 043 habitants/km2. La nécessité d’un mode de transport rapide reliant toute la ville devient évident.

    Construction du métro place de l
    Construction du métro place de l’Opéra
    Le creusement des tunnels du métro a été effectué à la pioche et les déblais évacués par tombereaux à chevaux, camions ou tramways.

    A partir de 1855, se succèdent de nombreux projets, tant aériens que souterrains. On imagine des voies de chemins de fer suspendues, notamment au dessus des grands boulevards très encombrés. En 1872, le conseil général de la Seine souhaite réaliser la construction d’un chemin de fer à vapeur composé de deux lignes perpendiculaires nord-sud et Est-Ouest. Ce plan reste sans lendemain. En 1875, on envisage de raccorder par des tunnels souterrains les cinq gares de Paris à une gare centrale située sous le Palais-Royal, mais ce projet n’aboutit pas non plus. Les Parisiens discuteront du métro pendant vingt-cinq ans.

    La première ligne, Porte de Vincennes – Porte Maillot est inaugurée le 19 juillet 1900. Sa voie presque droite, longue de 11 km, comporte 18 stations.
    A 13h00, en ce jour de canicule, le premier métro part de la porte Maillot. 30 min plus tard, ces premiers voyageurs arrivent au terminus, porte Vincennes, dans une agréable température puisqu’à cette époque, l’ouvrage tout neuf, offre une fraîcheur agréable aux voyageurs.
    Trois mois plus tard, le métropolitain, en raison de la fréquence très élevée de desserte, a déjà transporté 17 millions de voyageurs. La construction de ce chemin de fer urbain à traction électrique, sous la direction de Fulgence Bienvenue, est une entreprise gigantesque qui durera trente ans. Des itinéraires successifs sont créés jusqu’en 1914, alors que les modifications, raccordement et prolongations de lignes, au delà des portes de Paris et jusqu’au coeur des banlieues proches, se feront jusqu’en 1930. La plus grande partie du réseau Métropolitain est mise en place avant cette date, alors que des communes plus éloignées, comme Saint Denis ou Montrouge, par exemple, ne seront desservies que récemment.

    Entrée bouche de Métro - Paris
    Bouche de Metro Parisien

    Les lignes sur viaduc représentent 5% du réseau global et se situent au nord et au sud de la ville. Dans certains secteurs, on a pu éviter que partiellement les fortes déclivités, notamment sous la butte de Montmartre, ou le métro traverse les anciennes carrières de gypse dans des tubes étanches, portés par 220 pilotis de forte maçonnerie. Mais la plus grande partie de voies du réseau parisien n’est qu’a quelques mètres, voire moins d’un mètre de la surface du sol. A certains endroits, le croisement des lignes a demandé des prouesses techniques. Ainsi, sous la place de l’Opéra, trois lignes se superposent en un même point, formant d’énormes enchevêtrements de voies, de stations et de couloirs.


    Sept stations de métro « fantômes » à Paris

    La plupart des utilisateurs du métro Parisien l’ignorent, mais il existe dans la capitales sept stations de métro non desservies, qui n’ont jamais ouvert au public (telles que Porte Molitor et Haxo), ou qui ont été par la suite fermées car trop proches de leurs voisines (comme la station Croix Rouge, rue de Rennes, et Arsenal). La station des Lilas sert parfois de lieu de tournage (par exemple dans Amélie Poulain). Celle de Saint Martin sert de refuge aux SDF. On peut visiter ces stations, en passant par l »association des vieux train « Ademas« , pour 45 euros, a bord d’anciennes rames de métro des années 30. Attention, ces visites sont très prisées. En effet, les dix circuits organisés chaque année sont plein à craquer. Pour s’inscrire aux visites, allez sur le site ademas.assoc.free.fr.


    Références :

    http://www.multimania.com/metro/
    http://www.amtuir.org
    – Maison de la RATP : 54 quai de la Rapée, 12e Paris : Voir carte
    http://www.ratp.fr

    

    3 commentaires sur “Histoire du métropolitain Parisien”

    1. J ai passe un moment agreable a vous lire, merci beaucoup pour cette excellente.

    2. lebert-pasquier dit :

      bonjour
      je veux faire un petit exposé en langue anglaise, sur l’explication du choix des noms des stations du métro parisien
      merci de me communiquer un site @ sur ce sujet

    3. me892 dit :

      Bonjour, je suis très contente car j’ai trouvé toutes les informations que je voulais connaà®tre sur ce site. Merci encore,
      Margaux (13 ans)

    Laisser une réponse